François de Fontanges (2)

Bonjour à toutes et à tous.

Nous revenons aujourd'hui sur la biographie du vicomte François de Fontanges, et plus précisément sur la bataille de Savannah, en Amérique du Nord, à laquelle il participa. Mais dans quelles circonstances ?

Le 15 août 1779, un contingent expéditionnaire placé sous les ordres de l'amiral d'Estaing appareille depuis le port du Cap-Français à Saint-Domingue. Le major-général de l'amiral n'est autre que François de Fontanges. Le but de la flotte française : aider les milices nord américaines à reprendre aux Anglais la ville de Savannah, porte d'entrée vers la Géorgie et port sur l'Atlantique.  

Afin de préparer un plan de bataille, François de Fontanges fut missionné auprès des chefs des insurgents américains. Le 4 septembre, il rencontra ainsi à Charlestown  le général Lincoln et les autorités américaines. On convint assez rapidement d'un plan permettant aux troupes françaises de débarquer sous la protection des troupes américaines alors que le colonel John Abersham devait se rendre à la rencontre de l'amiral d'Estaing pour lui indiquer le meilleur endroit où débarquer ses troupes.

Le 12, le corps expéditionnaire français débarque près de Savannah. Cependant, les miliciens américains n'arrivent que plusieurs jours plus tard. Il faut attendre le 24 pour que commence le siège. Temps que les Anglais et les loyalistes de la ville mirent à profit pour renforcer leurs défenses. Le siège est alors marqué d'escarmouches jusqu'au 8 octobre. Cependant, les circonstances et les défenses de la ville laissent à penser qu'un siège long serait infructueux. On opte donc pour une prise d'assaut de la cité géorgienne. 

Hélas, l'assaut du 9 septembre (illustré ci-dessus), fut un échec. Les préparatifs britanniques permirent d'opposer à la vaillance et à l'enthousiasme des assaillants une défense de fer et de feu d'une inexpugnable efficacité. En tout, près de 900 Français et miliciens américains furent tués dans cette tentative infructueuse. D'Estaing lui-même fut blessé. Le commandant de la cavalerie franco-américaine le général d'origine polonaise Pulaski, comme le général Kosciusko, autre héros polonais de
la guerre d'Indépendance américaine,  est quant à lui tué.  Mais sans doute les pertes eussent été plus lourdes encore s'il ne s'était agi d'un bataillon de soldats mulâtres provenant de Saint-Domingue qui couvrit courageusement la retraite des assaillants. Le nom de l'homme commandant ce bataillon ? François de Fontanges. Durant cette phase de retraite, il est de nouveau sérieusement blessé. Son courage et son dévouement lui vaudront plus tard d'être décoré de l'ordre de Cincinnatus décerné à partir de 1783 à ceux qui s'étaient distingués lors de la guerre d'Indépendance des Etats-Unis.

Malgré tout, la victoire anglaise est totale. De leur côté les pertes sont minimes. En face, la milice qui espérait beaucoup dans cette bataille retourne à ses pénates. Quant à la flotte commandée par d'Estaing, elle rentre en France. 

Qu'advient-il alors du vicomte de Fontanges ? Il retourne à Saint-Domingue où il fut témoin et acteur des évènements qui secouèrent l'île au moment de la Révolution française. Evènements dont la plupart des acteurs mulâtres servirent dans les rangs du bataillon qui sauva l'armée française à Savannah...

B.A.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×